Découvrir le pilotage de la politique internationale du CNRS

En étroite coopération avec la Présidence et les instituts scientifiques, les missions de la Direction Europe de la recherche et coopération internationale (Derci) sont de représenter le CNRS et de promouvoir sa politique de coopération internationale en France et à l’étranger.

Le CNRS est un acteur majeur de la coopération internationale : 65% des co-publications du CNRS sont des co-publications à l’international.

Patrick Nédellec, directeur de la Derci

Nos missions

  • Structurer le partenariat international du CNRS : établir un cadre de collaboration approprié avec des partenaires internationaux, mettre en œuvre et assurer le suivi des accords de coopération au niveau institutionnel et des accords spécifiques de partenariat scientifique.
  • Animer le réseau de coopération scientifique entre le CNRS et ses partenaires nationaux et internationaux (autres organismes de recherche, universités, grandes écoles, académies…).
  • Contribuer à la mise en visibilité du CNRS et des activités scientifiques de l’établissement sur le plan international.
  • Accueillir, informer et orienter les délégations étrangères d’organismes de recherche, d’universités et/ou d’institutions de recherche pour le développement de nouvelles collaborations.
  • Organiser ou accompagner des missions institutionnelles à l’étranger pour promouvoir le CNRS et appuyer le rayonnement international de la recherche française.
  • Assurer une veille sur les politiques de coopération internationale des pays partenaires, des établissements étrangers, sur les nouvelles sources de financement et les opportunités de collaborations européennes et internationales.

Nous contacter

L’antenne CNRS auprès de l’Union Européenne

Les laboratoires du CNRS, fortement impliqués dans les programmes de recherche et développement de l’Union Européenne (UE), font du CNRS un des premiers acteurs de la recherche en Europe.

L’antenne du CNRS à Bruxelles est l’interface entre les institutions européennes, le Parlement, la Commission et les agences, et les instituts et directions du CNRS. En amont, il contribue à définir les positions européennes du CNRS adoptées au comité de pilotage Europe, relaye ces positions auprès de la Commission et du Parlement Européen ainsi que des organismes de recherche européens représentés à Bruxelles et de leurs regroupements (alliances et groupes thématiques). Grâce au réseau des Ingénieurs Projets Europe (IPE), il aide également les chercheurs à participer aux programmes européens.

Contacts

Secteur Europe Bilatérale

Le secteur Europe bilatérale coordonne les relations bilatérales et multilatérales (hors Europe communautaire) entre le CNRS et ses partenaires du continent Européen, y compris la Russie et NEI.

Ces relations, inscrites dans un temps historique long et favorisées par la proximité géographique, se traduisent par la signature d’accords-cadres et par la mise en place et la gestion d’un réseau très dense de collaborations avec les organismes de recherche, universités ou académies.

60%

des co-publications  avec des partenaires étrangers sont en collaboration avec l’EER

9 pays

parmi les 15 premiers pays co-publiant avec le CNRS relèvent du secteur Europe bilatérale

2/3

des 25 premières institutions partenaires de co-publication sont en Europe

Les pays frontaliers de la France forment le 1er cercle de partenariat européen du CNRS, notamment l’Allemagne, le Royaume-Uni, leaders mondiaux en science et innovation, ainsi que l’Italie et l’Espagne. Le CNRS entretient aussi des relations d’un grand dynamisme avec des pays à densité de population et superficie plus réduite, mais ayant d’excellentes performances  en recherche et en innovation. La coopération avec les pays membres de l’UE-13 complète son engagement pour la formation d’un Espace Européen de la Recherche (EER) plus fort et plus inclusif.

Secteur Asie

Le secteur Asie met en œuvre des collaborations qui reflètent la diversité d’un vaste ensemble, regroupant des pays économiquement et culturellement très variés.

Ce secteur est constitué de deux sections et intègre en outre le secrétariat exécutif du programme European Interest Group (EIG) CONCERT Japan. Une section est dédiée au quatuor Corée – Japon – Singapour – Taïwan, pays industrialisés avec lesquels le CNRS entretient depuis longtemps des relations étroites, dont l’économie repose largement sur l’innovation et qui sont des acteurs importants de la recherche scientifique mondiale. L’autre section s’attache à la coopération scientifique avec la Chine, partenaire incontournable au vu de son exceptionnel développement scientifique et technologique, et l’Asie du Sud-Est (notamment le Vietnam, la Thaïlande, la Malaisie et l’Indonésie) dont le potentiel humain et scientifique est important.

Présentation du Bureau de Pékin

Depuis les années 1970, pionnier, le CNRS s’est pleinement investi dans la recherche scientifique avec la Chine. Dans les années 90, la coopération entre les équipes de recherche chinoises et celles du CNRS s’est largement intensifiée conduisant, en 1995, à l’ouverture d’un Bureau de représentation à Pékin. Le Bureau du CNRS en Chine représente localement la Direction Europe de la Recherche et Coopération Internationale. Il sert de relais institutionnel entre le CNRS et les organismes de recherche chinois. Dans l’ensemble de ses actions, le Bureau de représentation du CNRS en Chine agit en relation étroite avec le service scientifique de l’Ambassade de France.

Contacts

Présentation du Bureau de Tokyo

Le bureau régional CNRS Asie du Nord, basé à Tokyo, sert de relais institutionnel entre le CNRS – et plus généralement de la recherche française – et les institutions de recherche japonaises, sud-coréennes et taïwanaises. Le  directeur du bureau entretient des liens étroits avec les services scientifiques et culturels des ambassades de France au Japon, en Corée du sud et à Taïwan.

Contacts

Présentation du Bureau ASEAN

Basé à Singapour depuis 2014, le bureau ASEAN représente le CNRS auprès des différents acteurs de la recherche des pays de l’Asie du Sud-Est (Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam) ainsi que de l’Océanie. Cette région constitue pour le CNRS un important vivier de jeunes talents. Elle renferme de nombreux terrains de recherche à explorer et héberge des infrastructures de tout premier plan.

Contacts

Secteur Afrique / Moyen-Orient / Inde

Le secteur couvre des pays ayant des places très différentes dans le paysage de la science mondiale. L’Inde en premier lieu, mais aussi, l’Afrique du Sud, Israël, l’Iran et la Turquie se distinguent au plan régional par leurs capacités de formation, de recherche et leurs productions scientifiques. Les pays d’Afrique du Nord et du Proche-Orient (Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte, Liban) sont aussi des partenaires importants du CNRS, avec des liens particulièrement étroits entre nos équipes de recherche. Enfin, en Afrique subsaharienne, la situation de la recherche n’est pas homogène, mais partout il est possible de trouver des opportunités de coopération pertinentes. Le Kenya et le Nigéria sont les acteurs les plus visibles scientifiquement, mais les coopérations du CNRS se concentrent sur les pays d’Afrique francophone, notamment le Sénégal.

Présentation du Bureau de Pretoria

Le bureau de Pretoria, conjoint avec l’IRD, représente le CNRS depuis 2011 auprès des institutions de recherche d’Afrique du Sud. Il couvre aussi l’ensemble des pays d’Afrique australe (Angola, Botswana, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, Swaziland, Zambie, Zimbabwe).

Contacts

Présentation du Bureau de New Delhi

Ouvert en 2011, le bureau de Delhi représente le CNRS auprès des acteurs de la recherche indienne, et couvre également les autres pays du sous-continent indien (Pakistan, Bangladesh, Népal, Sri Lanka).

Contacts

Secteur Amériques / Océanie

Le secteur Amériques/Océanie s’étend sur l’ensemble du continent américain et comprend également l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Ce secteur géographique couvre des espaces dont les dynamiques sont sensiblement différentes. D’un côté, l’Amérique du nord, moteur de la recherche mondiale, de l’autre, l’Amérique latine, où quelques grands pays (Brésil, Mexique, Argentine, Chili), aux économies parfois instables, jouent un rôle régional important. L’Australie et la Nouvelle Zélande, quant à eux, bien qu’étant très connectés à l’Asie voisine, renforcent leur tropisme européen, soulignant des perspectives de coopération scientifique très fortes.

Présentation du Bureau Canada, États-Unis, Mexique

Le  Bureau de Washington représente le CNRS auprès des États-Unis, du Canada et du Mexique. Les actions entreprises sont en articulation avec les priorités définies, d’une part, par le plan stratégique du CNRS et, d’autre part, par les dix instituts thématiques de l’organisme.

Contacts

Présentation du Bureau Amérique du Sud

Créé en 2010, le Bureau CNRS de Rio de Janeiro est la représentation permanente du CNRS en Amérique du Sud. Son objectif est de faciliter le montage et l’avancement de projets de coopération scientifique entre le CNRS et ses partenaires d’Amérique du Sud : Brésil, Argentine, Chili et Uruguay.

Contacts

Présentation du Bureau ASEAN

Basé à Singapour depuis 2014, le bureau ASEAN représente le CNRS auprès des différents acteurs de la recherche des pays de l’Asie du Sud-Est (Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam) ainsi que de l’Océanie.

Contacts

 
Nos bureaux à l'étranger