Coopérer à l’international

Dans le but d’optimiser et de structurer la communication entre les chercheurs, le CNRS a développé une gamme d'outils visant à donner une visibilité institutionnelle à la coopération stratégique internationale. Ces outils sont conçus pour aider les chercheurs et les partenaires étrangers à trouver les moyens les plus adaptés pour organiser leur collaboration.

Le CNRS est le vaisseau amiral de la recherche française. Il doit avoir l’ambition de conforter cette place en développant des partenariats avec les acteurs du monde académique, universités, écoles et autres organismes de recherche, du monde industriel, grands groupes, PME/ETI et startup, les collectivités territoriales et notamment les conseils régionaux et les principaux acteurs sociaux.

Antoine Petit, Président-directeur général du CNRS

Outils CNRS de structuration du partenariat à l’international

International Research Laboratory (IRL) / Laboratoire de recherche international

Qu’est-ce qu’un IRL?

Un outil de coopération internationale partagé par le CNRS, au service de la structuration d’une collaboration de recherche internationale fortement localisée

Les IRL correspondent à des implantations de recherche internationales au sein desquelles des activités de recherche sont menées en commun autour d’axes scientifiques partagés. Ils structurent en un lieu identifié les présences significatives et durables de scientifiques d’un nombre limité d’institutions de recherche françaises et étrangères (un seul pays étranger partenaire).

Ils comprennent les implantations rassemblant des scientifiques rattachés à différentes unités et les unités internationales – unités mixtes de recherche avec partenaires étrangers (UMI) et unités de service et de recherche (USR) installées à l’étranger – mises en place lorsqu’un adossement à une structure opérationnelle de recherche (SOR) dédiée est nécessaire.

Les International Research Laboratories ont une durée de 5 ans.

A qui s’adressent les IRL ?

Les IRL rassemblent des personnels exerçant une activité de recherche au CNRS et dans les institutions partenaires.

Comment les IRL sont-ils mis en place ?

Les IRL sont proposés par les instituts scientifiques du CNRS selon leurs modalités propres, sur la base de collaborations internationales structurées, impliquant une degré élevé d’internationalisation des équipes participantes et une forte localisation des activités de recherche dans une implantation commune.

Ils sont évalués par les pairs en institut et en section du Comité national de recherche scientifique, notamment dès lors qu’ils entraînent la création d’une unité. La localisation des activités (perspectives de séjours scientifiques de longue durée ou d’affectation en cas de projet associé à la création d’une unité à l’international dédiée) constitue un critère d’évaluation essentiel. Sont aussi considérés la qualité scientifique du projet, l’intérêt de la collaboration et ses retombées escomptées, la qualité des équipes et du partenariat institutionnel, l’équilibre entre les partenaires institutionnels dans l’apport des ressources, la participation de jeunes chercheurs, l’historique de la collaboration, l’éthique et la justification financière.

Les décisions relatives à la création ou au renouvellement des IRL sont prises en collège de direction du CNRS.

Quels sont les contours de la formalisation institutionnelle des IRL ?

Les IRL font l’objet d’une année de montage au cours de laquelle une convention constitutive est négociée entre les différente tutelles françaises et étrangères impliquées.

Comment les IRL sont-ils financés ?

Au-delà des ressources mises en commun par les institutions impliquées et directement mobilisées par les laboratoires participants, les IRL bénéficient de la part du CNRS de crédits spécifiques dédiés d’un montant total se situant entre 75 000 et 100 000 euros sur leur durée. Gérés par le laboratoire du CNRS porteur de l’IRL, ces crédits sont alloués par tranches annuelles en fonction du projet initial et des bilans scientifiques et rapports financiers annuels établis par son directeur et ses membres.

En cas de création d’une unité dédiée, les crédits sont affectés à cette structure et complétés par des ressources spécifiques (fonctionnement, équipement, investissement) et des affectations de personnels.

Fiche explicative IRL

International Research Project (IRP) / Projet de recherche international

Un outil de coopération internationale partagé par le CNRS, au service de la consolidation de partenariats de recherche.

Qu’est-ce qu’un IRP ?

Les IRP sont des projets de recherche collaborative établis entre un ou plusieurs laboratoires du CNRS et des laboratoires d’un ou deux pays étrangers. Ils permettent de consolider des collaborations déjà établies à travers des échanges scientifiques de courte ou moyenne durées. Ils ont pour objet l’organisation de réunions de travail ou de séminaires, le développement d’activités de recherche communes y compris des recherches de terrain, et l’encadrement d’étudiants. Les équipes françaises et étrangères doivent avoir déjà démontré leur capacité à collaborer ensemble (par exemple par une ou plusieurs publications communes). Ces programmes sont d’une durée de 5 ans.

A qui s’adressent les IRP ?

Les IRP s’adressent aux personnels exerçant une activité de recherche dans une unité du CNRS et à leurs partenaires

Comment proposer un IRP ?

Les candidatures doivent être déposées auprès de l’institut scientifique du CNRS auquel est rattachée l’unité du porteur. Il est recommandé aux candidats de contacter le plus en amont possible les responsables des relations internationales de l’institut dont dépend leur unité afin de se renseigner sur les modalités de dépôt de projet. En cas de projet interdisciplinaire, les différents instituts concernés peuvent en être informés.

Comment les IRP sont-ils évalués ?

Les propositions d’International Research Projects sont évaluées par les pairs au sein des instituts scientifiques du CNRS selon les critères suivants : qualité scientifique du projet, intérêt de la collaboration à l’international, qualité scientifique et complémentarité des équipes, équilibre de la répartition des activités scientifiques entre les partenaires, participation de jeunes chercheurs, éthique et justification financière, historique des relations entre les partenaires.

Quels contours revêt la formalisation institutionnelle des IRP ?

Une fois sélectionnés, les IRP font l’objet d’échanges de lettres d’engagement institutionnel de la part des institutions françaises et étrangères souhaitant s’impliquer dans leur soutien, notamment par l’octroi de crédits additionnels, selon les procédures internes d’évaluation et de sélection propres à chaque institution.

Comment les IRP sont-ils financés ?

Au-delà des ressources directement mobilisées par les laboratoires participants, les International Research Projects bénéficient de la part du CNRS de crédits spécifiques principalement dédiés à la mobilité entre équipes et l’organisation de rencontres et missions de terrain d’un montant total se situant entre 50 000 et 75 000 euros sur leur durée. Gérés par le laboratoire CNRS du porteur l’International Research Project, ces crédits sont alloués par tranches annuelles sur la base du projet initial et des bilans scientifiques et rapports financiers annuels établis par leur porteur et ses partenaires.

Fiche explicative IRP

International Research Network (IRN) / Réseau de recherche international

Un outil de coopération internationale partagé par le CNRS, au service de la structuration de réseaux de recherche internationaux.

Qu’est-ce qu’un IRN ?

L’IRN a pour objet la structuration d’une communauté scientifique à l’international autour d’une thématique partagée ou d’une infrastructure de recherche. Il promeut l’organisation d’ateliers et de séminaires internationaux ou d’écoles thématiques organisés par les partenaires du réseau, en France et à l’étranger. D’une durée de 5 ans, il rassemble des chercheurs d’un ou plusieurs laboratoires français dont au moins un laboratoire du CNRS et de plusieurs laboratoires partenaires à l’étranger.

A qui s’adressent les IRN ?

Les IRN s’adressent aux personnels exerçant une activité de recherche dans une unité du CNRS et à leurs partenaires scientifiques en France et à l’étranger.

Comment proposer un IRN ?

Les candidatures doivent être déposées auprès de l’institut scientifique du CNRS auquel est rattachée l’unité du porteur. Il est recommandé aux candidats de contacter le plus en amont possible les responsables des relations internationales de l’institut dont dépend leur unité afin de se renseigner sur les modalités spécifiques de dépôt de projet. En cas de projet interdisciplinaire, les différents instituts concernés peuvent en être informés.

Comment les IRN sont-ils évalués ?

Les propositions d’International Research Networks font l’objet d’une évaluation par les pairs au sein des instituts scientifiques du CNRS selon les critères suivants : qualité scientifique du projet, intérêt de la collaboration à l’international, qualité scientifique et complémentarité des équipes, historique des relations, équilibre de la participation à l’animation scientifique, participation de jeunes chercheurs, éthique et justification financière.

Une attention particulière est portée à la définition d’objectifs ciblés en termes de retombées escomptées au-delà de la seule animation scientifique (par exemple, préparation d’une réponse commune à des appels à projets, promotion d’une programmation conjointe, insertion dans des réseaux multilatéraux, organisation de l’activité autour d’une infrastructure de recherche).

Quels contours revêt la formalisation institutionnelle des IRN ?

Une fois sélectionnés, les IRN font l’objet d’échanges de lettres d’engagement institutionnel de la part des institutions françaises et étrangères souhaitant s’impliquer dans leur soutien, notamment par l’octroi de crédits additionnels, selon les procédures internes d’évaluation et de sélection propres à chaque institution.

Comment les IRN sont-ils financés ?

De manière complémentaire aux ressources directement mobilisées par les équipes participantes, les IRN bénéficient de la part du CNRS de crédits spécifiques dédiés à la mobilité internationale entre les laboratoires impliqués et à l’organisation d’ateliers et séminaires internationaux, de réunions de travail et d’écoles thématiques organisées par les partenaires pour un montant total se situant entre 50 000 et 75 000 euros sur la durée du projet. Gérés par le laboratoire CNRS du porteur de l’IRN, les crédits sont alloués par tranches annuelles en fonction du projet initial et des bilans scientifiques et rapports financiers annuels établis par le porteur et les membres de l’IRN.

L’interdisciplinarité dans un environnement multiculturel : le défi est relevé.

 Virgile Viasnoff, directeur de l’UMI BMC²
 
 
 

International Emerging Action (IEA) / Action émergente à l’international

Un outil de coopération internationale partagé par le CNRS, au service de l’exploration de nouvelles thématiques et de nouveaux partenariats à l’international.

Qu’est-ce qu’une IEA ?

Les International Emerging Actions sont des projets « PI-to-PI » dont la finalité est l’exploration de nouveaux champs de recherche et de nouveaux partenariats à l’international par : des missions de courte durée, l’organisation de réunions de travail, l’initiation de premiers travaux de recherche en commun autour d’un projet scientifique partagé. Ces actions ont une durée de 2 ans.

A qui s’adressent les IEA ?

Les IEA s’adressent aux personnels exerçant une activité de recherche dans une unité du CNRS et à leurs partenaires.

Comment proposer une IEA ?

Les porteurs de projets sont invités à se porter candidats à l’appel annuel lancé par la Direction de l’Europe de la recherche et coopération internationale (Derci) du CNRS dans toutes les disciplines et à déposer leur dossier de candidature sur la plateforme CNRS CoopIntEer entre les mois de juin et de septembre.  

Pour accompagner la politique scientifique du CNRS, les termes de l’appel peuvent afficher des priorités thématiques ou géographiques particulières selon les instituts, applicables aux unités des dits instituts.

Une lettre de soutien du partenaire étranger est attendue lors du dépôt de dossier, attestant d’un éventuel cofinancement pour la mise en œuvre du projet.

Comment les IEA sont-elles évaluées ?

Les propositions d’IEA font l’objet d’une évaluation par les pairs au sein des instituts scientifiques du CNRS selon les critères suivants : qualité scientifique du projet, intérêt de la collaboration à l’international, qualité scientifique et complémentarité des équipes, participation de jeunes chercheurs, éthique et justification financière.

Aucun prérequis en termes d’échanges préalables ou de publications antérieures n’est demandé.

Comment les IEA sont-elles financées ?

De manière complémentaire aux ressources directement mobilisées par les équipes participantes, les IEA bénéficient de la part du CNRS de crédits spécifiques dédiés à la mobilité internationale entre les laboratoires impliqués, à l’organisation de réunions de travail et à la mise en œuvre de missions de terrain entre les partenaires pour un montant total se situant entre 10 000 et 14 000 euros sur la durée des actions. Gérés par le laboratoire CNRS du porteur de l’IEA, les financements du CNRS sont alloués par tranches annuelles au regard du projet initial, des bilans scientifiques et de rapports financiers annuels établis par le porteur et ses partenaires.

Fiche explicative IEA

Nos bureaux à l'étranger