-->

Signature du Projet de recherche international franco-canadien « Forêts froides »

Publié le 11 juin 2021
Le 9 juin 2021, a été signé le protocole d’entente créant le Projet de recherche international (IRP) « Forêts froides ». On 9 June 2021 was signed a Memorandum of Understanding (MOU) creating the International Research Project (IRP) "Cold Forests".

Cette cérémonie virtuelle a réuni Antoine Petit, PDG du CNRS, Philippe Augé, président de l’Université de Montpellier, Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté, ainsi que Vincent Rousson, recteur de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) au Canada. Par sa présence, le consul général de France au Québec, M. Frédéric Sanchez, a apporté le soutien du poste diplomatique, très engagé dans la coopération France – Québec.

Il s’agit d’une collaboration fructueuse et structurée existant depuis dix ans entre le Canada et la France dans le domaine de l’écologie forestière et les paléoenvironnements des forêts froides, sous la direction de M. Yves Bergeron, professeur à l’Institut de recherche sur les forêts de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), et M. Adam Ali, professeur de l’Université de Montpellier à l’Institut des Sciences de l’Évolution de Montpellier[1]. Le principal objectif de ce projet est de caractériser, de reconstituer et de modéliser les principaux processus écologiques gouvernants ces écosystèmes afin de proposer des stratégies d’adaptation, de régulation, de gestion et de conservation en réponse aux changements globaux (climatiques et sociétaux). Des chercheurs du laboratoire Chrono-environnement[2] sont également impliqués dans le Projet.

Ainsi, cet IRP, impliquant près d’une vingtaine de chercheurs et enseignants-chercheurs, est en ligne avec le défi sociétal « changement climatique » du Contrat d’objectifs et de performance du CNRS avec l’Etat. De nature interdisciplinaire, leurs travaux de recherche allieront des concepts et des approches en lien avec l’écologie, la paléoécologie, la paléoclimatologie, la dendrochronologie, la génétique ainsi que la modélisation. Ils s’appuient également sur un réseau de recherche international (IRN) élargi à la Suède, la Norvège, la Russie et la Chine, sur la même thématique.

Les sites d’études en zone boréale sont situés, en plus du Québec, dans les Territoires du Nord-Ouest, en Terre-Neuve-et-Labrador, tandis qu’en zone de montagne, ce sont les Pyrénées, les Alpes, les Vosges ainsi que l’Atlas et le Rif marocain qui représentent les endroits ciblés.

[1] UMR5554 sous tutelle CNRS / IRD / Université de Montpellier

[2] UMR6249 sous tutelle CNRS / Université de Bourgogne Franche-Comté

Photo ci-dessus, de haut en bas et de gauche à droite : Vincent Rousson, recteur de l’UQAT, Antoine Petit, PDG du CNRS, Philippe Augé, président de l’Université de Montpellier, Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté, Frédéric Sanchez, consul général de France au Québec, Ahmed-Adam Ali et Yves Bergeron, professeurs coordinateurs de l’IRP « Forêts froides »

A lire aussi

Une année avec le CNRS : retour sur 2020

"2020, une année avec le CNRS", publié en français et en anglais, revient sur les temps forts de l'année. "2020, a year at CNRS" is the CNRS activity report, issued in French and English.

Nos bureaux à l'étranger