-->

Première rencontre du réseau CNRS en Amérique du Sud à Santiago du Chili

Publié le 28 mai 2019
Du 8 au 10 mai 2019, co-organisée par le Bureau du CNRS à Rio de Janeiro, les partenaires universitaires chiliens et l’Ambassade de France au Chili, la première rencontre du réseau CNRS en Amérique du Sud a eu lieu à Santiago du Chili dans le cadre des 80 ans du CNRS.

Il s’agissait de regrouper les acteurs majeurs de la coopération du CNRS en Amérique du Sud mais aussi de renforcer les collaborations avec les institutions sud-américaines. A cette occasion, une délégation du CNRS composée d’Alain Schuhl, Directeur général délégué à la science, de Patrick Nédellec, directeur de la DERCI (Direction de l’Europe de la recherche et de la coopération internationale), de Jean Thèves, Adjoint au Directeur de la DERCI et d’Antonia Alcaraz, Chargée de coopération Amérique Latine, s’est déplacée pour participer à l’événement. Guy Perrin, Directeur Adjoint Scientifique à l’Institut National des Sciences de l’Univers (INSU) et Martine Hossaert, Directrice Adjointe Scientifique à l’Institut National Ecologie et Environnement (INEE), responsables respectivement des deux Unités Mixtes Internationales (UMI) renouvelées à cette occasion, ont également fait le déplacement.

La première journée institutionnelle du 8 mai s’est tenue dans la salle de l’ex-congrès chilien, où se sont tenues 3 conférences ouvertes au grand public abordant l’astronomie observationnelle, les sciences du climat et les sciences des données[1].

Une cérémonie officielle s’est tenue dans l’après-midi. A cette occasion, Alain Schuhl, Directeur général délégué à la science du CNRS, Roland Dubertrand, Ambassadeur de France au Chili, Ennio Vivaldi Véjar, Recteur de l’Université du Chili (UChile) et Ignacio Sánchez Díaz, Recteur de l’Université Catholique du Chili (PUC) ont ouvert la cérémonie en présentant les liens du CNRS avec l’Amérique du Sud. Les accords de renouvellement de l’UMI EBEA (Evolutionary Biology and Ecology of Algae), de l’UMI LFCA (Laboratoire Franco-chilien pour l’Astronomie) et du LIA  (Laboratoire International Associé) ANDES (Translation of hanta viruses defining a therapeutic target) ont alors pu être signés par les recteurs de la PUC et de la UChile.

[1] Conférenciers : Guy Perrin (Directeur adjoint Scientifique CNRS/INSU), Mónica Rubio (Professeure à l’Université du Chili), Hervé Le Treut (Directeur de l’Institut Pierre Simon Laplace), Thierry Pérez (Directeur de recherche au CNRS), Michelle Klautau (Professeure à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro), Servet Martínez (Chercheur au CMM, Université du Chili) et Nayat Sanchez-Pi (Directrice de l’INRIA Chile). 

La journée s’est clôturée par un rappel de l’histoire des relations franco-chiliennes par Rafael Correa, Recteur de l’Université O’Higgins, une présentation des activités du CNRS à l’international et des nouveaux outils mis en place par la DERCI pour renforcer la présence internationale du CNRS par Patrick Nédellec, et une intervention sur l’Archéologie du désert d’Atacama par Lautaro Nuñez, professeur à l’Université Catholique du Nord (UCN). Par ailleurs, Alain Schuhl a rencontré le nouveau Ministre de la Science, Technologie, et Innovation, Andrés Couve, et a pu évoquer avec lui la prochaine COP25, organisée par le Chili en fin d’année.

Les journées des 9 et 10 mai étaient consacrées à des tables rondes. Elles ont eu lieu au sein de l’Université Pontificale du Chili et de l’Université du Chili. Une vingtaine de chercheurs et professionnels ont présenté leurs travaux lors de 5 tables rondes portant chacune sur un thème particulier. Les 5 thèmes débattus lors de ces tables rondes ont été pour la première, la diffusion de la science et les défis de la diffusion scientifique, pour la seconde, les défis liés aux sciences des données, et la troisième de la journée du 9 mai a abordé la thématique « Climat – Eau – Biodiversité ».

Les deux dernière thématiques ont été abordées le 10 mai tout d’abord sur les sciences des données et du climat dans une approche interdisciplinaire, puis une dernière table ronde sur les interactions entre recherche publique et recherche privée.

Pour clôturer l’évènement, les responsables de LIA et d’UMI en Amérique du Sud se sont réunis afin d’échanger sur les projets et actions de chacun. Plusieurs défis du CNRS en Amérique du Sud ont été mis en avant, notamment l’augmentation de la visibilité du CNRS sur le territoire, le renforcement de la proximité du réseau et l’amélioration des relations avec les instances institutionnelles. L’un des leviers d’action envisagé serait la création d’un réseau CNRS en Amérique du Sud.

Cette première réunion a permis de souligner l’intérêt qu’il peut y avoir souvent à aborder la coopération dans une approche régionale.

Les responsables des UMI et LIA en Amérique du Sud réunis à  l’Université du Chile

A lire aussi

La veille du CNRS en Amérique du Sud (du 2 au 20 novembre 2020)

Dans le cadre de ses missions, le bureau du CNRS en Amérique du Sud effectue un travail de veille scientifique sur l’ensemble du territoire. Ce bulletin a pour but de rendre compte de cette veille et d’informer notre réseau des événements et avancées scientifiques en Amérique du Sud.

L'INSHS publie un appel de Soutien à la mobilité internationale entrante - SMI 2021

Dans le cadre de sa politique internationale, l’InSHS propose un soutien à la mobilité internationale entrante (SMI entrant), ayant pour objectif d’accueillir, au sein des unités de recherche dont le CNRS est tutelle ou cotutelle, des chercheurs / enseignants-chercheurs étrangers souhaitant développer une collaboration avec une unité de recherche du CNRS en France.

Nos bureaux à l'étranger