-->

Le CNRS à la réunion conjointe Science & Innovation (JSIM) entre la France et l’Australie

Publié le 17 avril 2019
A la fin du mois de février 2019 une délégation du CNRS dirigée par Antoine Petit s'est rendue à Canberra pour participer à la réunion Science & Innovation (JSIM) entre la France et l'Australie, en présence de Mme Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

Entre les 26 et 28 février 2019, une délégation CNRS présidée par le Président-directeur général du CNRS, Antoine Petit, a participé à la réunion conjointe Science & Innovation (JSIM en langue anglaise) entre la France et l’Australie à Canberra. La JSIM, organisée conjointement par les autorités françaises et australiennes, représente une tape importante dans la collaboration scientifique des deux pays. Elle regroupe à la fois des institutions de recherche, des représentants officiels, des agences de financement et des chercheurs dans l’objectif d’examiner l’état de la coopération actuelle et d’élaborer une nouvelle feuille de route pour des activités conjointes dans les années à venir.

Cette réunion a aussi été l’occasion pour le CNRS de signer un nombre important d’accords avec ses partenaires australiens lors d’événements officiels auxquels la Ministre française de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Mme Frédérique Vidal, a assisté. Le 26 février 2019 a notamment été organisée la première cérémonie de signature officielle. Antoine Petit a signé 3 accords à cette occasion : une lettre d’intention entre Naval Group et trois universités à Adélaïde afin d’officialiser le lancement prochain d’une structure commune de recherche sur les systèmes autonomes et la relation homme-machine, une lettre d’intention pour la création d’un réseau de recherche sur le stockage et la conversion de l’énergie entre le CNRS et quatre universités australiennes ainsi qu’un Laboratoire International Associé (LIA) en photonique incluant cinq partenaires australiens et dix partenaires français.

Le jour suivant, sur le campus de l’ANU (Australian National University) pour l’astronomie, Mont Strolo, le CNRS et l’ANU ont signé un Mémorandum of Understanding (MoU) permettant de lancer un appel à projets conjoint pour le recrutement de doctorants. Enfin, l’Académie Australienne des Sciences a apporté son concours à l’organisation d’un important événement le soir même dans le cadre de la célébration des 80 ans du CNRS en Australie. Des institutions et des chercheurs  des deux pays, tous fortement impliqués dans la coopération scientifique franco-australienne, étaient présents pour cette cérémonie durant laquelle le CNRS et le CSIRO ont signé un MoU faciliant la création d’un LIA en biologie avec l’Université de Melbourne, l’Université de Grenoble et l’Inserm.

En marge du JSIM se sont tenus six workshops thématiques avec la participation de plusieurs chercheurs CNRS afin de préparer le futur de la coopération franco-australienne en matière de recherche. Les six éléments étudiés ont été les suivants : Santé, Industrie 4.0, Environnement et sciences marines, Ecologie et Agriculture, Espace et Observation de la Terre, Exploitation minière et Energie. 

Cette visite officielle a eu lieu un an après la visite du Président de la République française dans le contexte d’une mise en valeur de la coopération politique franco-australienne.

Credits : DERCI

ANU Vice-Chancellor Brian P. Schmidt and CNRS Chairman and CEO Antoine Petit sign a strategic partnership and launch a joint call for PhD grant support, in the presence of Frédérique Vidal, French Minister for Higher Education, Research and Innovation

Credits : ANU

A lire aussi

La veille du CNRS en Amérique du Sud (du 2 au 20 novembre 2020)

Dans le cadre de ses missions, le bureau du CNRS en Amérique du Sud effectue un travail de veille scientifique sur l’ensemble du territoire. Ce bulletin a pour but de rendre compte de cette veille et d’informer notre réseau des événements et avancées scientifiques en Amérique du Sud.

L'INSHS publie un appel de Soutien à la mobilité internationale entrante - SMI 2021

Dans le cadre de sa politique internationale, l’InSHS propose un soutien à la mobilité internationale entrante (SMI entrant), ayant pour objectif d’accueillir, au sein des unités de recherche dont le CNRS est tutelle ou cotutelle, des chercheurs / enseignants-chercheurs étrangers souhaitant développer une collaboration avec une unité de recherche du CNRS en France.

Nos bureaux à l'étranger